Cas groupés de pneumopathies possiblement associés à un nouveau Coronavirus, Wuhan, Chine

Point de situation sur un épisode de cas groupés de pneumonies possiblement lié à un marché d’animaux vivants dans la ville de Wuhan, en Chine 

Mis à jour le 17 janvier 2020

Le 31/12/2019, l’OMS a été informée par les autorités chinoises d’un épisode de cas groupés de pneumonies dont tous les cas avaient un lien avec un marché d’animaux vivants dans la ville de Wuhan, en Chine, le Huanan South China Seafood Market.
Le 09/01/2020, un nouveau coronavirus (2019-nCoV) a été identifié comme étant la cause de cet épisode.

En date du 17/01/2020, 41 cas infectés par le 2019-nCoV ont été déclarés par les autorités chinoises. Les dates de début des signes des 41 cas sont comprises entre le 08/12/2019 et le 03/01/2020. Les symptômes décrits évoquent principalement une infection respiratoire fébrile. Certains cas présentent également des difficultés respiratoires et des anomalies pulmonaires détectables radiologiquement compatibles avec des infiltrats bilatéraux étendus. La majorité des cas sont âgés de 40 à 69 ans. Sept cas ont développé des signes graves de pneumopathie, dont 2 patients décédés qui présentaient des comorbidités. Parmi les cas déclarés par les autorités chinoises, deux cas groupés familiaux distincts ont été identifiés, sans qu’une transmission interhumaine n’ait encore été formellement établie. 

D’après les autorités chinoises, la plupart des cas travaillent dans le Huanan South China Seafood Market où des animaux vivants sont vendus, ou l’ont fréquemment visité, indiquant une probable contamination d’origine animale. Le marché a été fermé et désinfecté le 1er janvier, mais la source d’infection n’a pas été identifiée. 
Le 13/01/2020, les autorités thaïlandaises ont déclaré le premier cas confirmé importé de Wuhan, chez une touriste chinoise résidant à Wuhan et âgée de 61 ans. Les symptômes se sont déclarés le 5 janvier. D’après les informations disponibles, cette personne aurait rapporté fréquenter régulièrement un marché de produits frais à Wuhan, mais pas le Huanan South China Seafood Market. Le 17/01/2020, les autorités thaïlandaises ont déclaré avoir détecté un second cas importé de Wuhan, sans lien avec le premier. 

Le 15/01/2020, les autorités japonaises ont déclaré un cas confirmé importé de Wuhan. Il s’agit d’un homme âgé d’une trentaine d’années ayant séjourné à Wuhan du 20 décembre au 6 janvier et n’ayant pas fréquenté de marchés ni ayant eu des contacts avec des animaux, mais ayant été en contact direct avec un proche qui présentait des symptômes respiratoires.

A ce jour, tous les cas confirmés identifiés de cet épisode ont séjourné à Wuhan. Aucun cas n’a été identifié parmi les professionnels de santé ayant pris en charge les cas. Le fait que plusieurs cas n’aient pas rapporté de contact avec le Huanan South China Seafood Market ou d’autres marchés similaires de Wuhan évoque la possibilité d’une source d’infection plus étendue et/ou de l’existence de cas de transmission interhumaine limitée. De nombreuses incertitudes demeurent à l’heure actuelle, notamment sur le mode de transmission et les facteurs de risque associés. 

A l’heure actuelle le risque d’introduction en France de cas liés à cet épisode est considéré comme faible. 

En lien avec le CNR Virus des infections respiratoires et la Direction générale de la santé, la Direction générale de la santé et les infectiologues (COREB), Santé publique France a élaboré un dispositif de surveillance renforcée destiné à détecter d’éventuels cas importés. Dans ce cadre, une définition de cas et une conduite à tenir face à un patient suspect revenant de Wuhan sont disponibles ci-dessous.

Ces informations et documents seront actualisés sur la base des informations disponibles sur la situation à Wuhan, Chine. 

Pour plus d’information, voir :